Les Maîtres flamands

Peinture, beaux-arts, photographie

Bonjour. Mon nom est Antoine van Dyck (1599-1641). En toute modestie, je dois reconnaître que je suis un remarquable peintre portraitiste. C’était toutefois mon maître Rubens le véritable génie. J’étais son élève préféré, et il croyait fermement en mon talent.

La Flandre est peut-être la seule région où l’on peut trouver des villes d’art aussi proches les unes des autres.

Le baroque n’est pas un mouvement artistique, c’est un mode de vie.

Les autres guides vous le confirmeront.

Découvrez le portrait d’Antoine Van Dyck

Anthony van Dyck

Antoine van Dyck, autoportrait (1615-1616) - © La Maison Rubens, Anvers © www.lukasweb.be - Art In Flanders vzw

Peint par: Peter Paul Rubens

Bonjour. Mon nom est Antoine van Dyck (1599-1641).

En toute modestie, je dois reconnaître que je suis un remarquable peintre portraitiste. C’était toutefois mon maître Rubens le véritable génie. J’étais son élève préféré, et il croyait fermement en mon talent.

Certains disent que je suis même devenu son premier concurrent sérieux à Anvers, car ma technique était parfaite. Pendant longtemps, les adminateurs ont cru que Rubens avait réalisé mon portrait. Il a fallu attendre une récente analyse technique pour découvrir qu'il s'agissait d'un autoportrait. Mon portrait est exposé à la Maison Rubens.

Par la suite, j'ai peint de nombreux portraits (et autoportraits), en arborant souvent la petite barbe en pointe très à la mode à l'époque. Des années plus tard, cette barbe a reçu le nom de « Van Dyke » ou de « barbe à la Van Dyke » .

Au fait, vous pouvez m'appeler « Sir Antoine » car j'ai été anobli par le roi Charles Ier en 1623. le roi était un véritable passionné d'art et faisait preuve d'une extrême générosité. Il m'a conféré le titre de peintre de cour et m'a offert une maison sur la Tamise. Malheureusement, je suis mort jeune. Une longe maladie m'a emporté le 9 décembre 1941. J'avais alors 42 ans. J'ai été enterré à la cathédrale Saint-Paul de Londres.